Un test sanguin peut prédire une naissance prématurée, selon une étude

Des chercheurs américains et danois ont annoncé avoir mis au point un test sanguin peu coûteux qui permet de prédire à 80% si une femme enceinte donnera naissance à un bébé prématuré, selon une étude.

Bien que d'autres recherches soient nécessaires avant que le test ne soit prêt à être utilisé à grande échelle, les experts affirment qu'il a le potentiel de réduire le nombre de décès et de complications dus aux 15 millions de naissances prématurées par an dans le monde entier. Le test peut également être utilisé pour estimer la date d'accouchement de la mère «de manière aussi fiable et moins coûteuse que l'échographie», indique le rapport paru dans la revue Science.

Le test mesure l'activité des gènes maternels, placentaires et foetaux, évaluant les niveaux d'ARN sans cellules, qui sont des molécules messagères qui transportent les instructions génétiques du corps. «Nous avons constaté qu'une poignée de gènes sont très prédictifs concernant des femmes à risque pour un accouchement prématuré», a déclaré Mads Melbye, co-auteur principal, professeur invité à l'Université de Stanford et PDG du Statens Serum Institut à Copenhague. «J'ai passé beaucoup de temps au fil des ans à travailler pour comprendre l'accouchement prématuré. C'est le premier progrès scientifique réel et significatif sur ce problème depuis longtemps», a-t-il estimé.

Un autre chercheur dans cette étude est Stephen Quake, professeur de bio-ingénierie et de physique appliquée à l'Université de Stanford, ancien dirigeant d'une équipe qui a créé un test sanguin pour le syndrome de Down en 2008, aujourd'hui utilisé par plus de trois millions de femmes enceintes par an.

Définie comme un bébé arrivant au moins trois semaines à l'avance, la naissance prématurée touche 9% des naissances aux États-Unis et est la première cause de décès avant l'âge de cinq ans chez les enfants du monde entier. Jusqu'à présent, certains tests de prédiction des naissances prématurées étaient disponibles, mais ils avaient tendance à ne fonctionner que chez les femmes à haut risque et n'étaient précis qu'à environ 20%, selon le rapport. Pour mettre au point le test, les chercheurs ont examiné des échantillons de sang de 31 femmes danoises afin d'identifier les gènes qui donnent des signaux fiables sur l'âge gestationnel et le risque de prématurité.

Quand le test arrivera sur le marché, les chercheurs assurent qu'il sera probablement assez simple d'utilisation et peu coûteux pour être utilisé dans les régions pauvres du monde.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.