Nombre record de médecins utilisant la prescription électronique

14.512 médecins, 4.159 dentistes et 138 hôpitaux ont envoyé ensemble près de 5,3 millions de prescriptions électroniques de médicaments le mois dernier. C’est un record, selon la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. A partir du 1er janvier 2020, son utilisation deviendra obligatoire.

Pour la ministre De Block : « La prescription électronique est un pas en avant important. Comme les prescriptions sont envoyées et conservées sous forme numérique, vous avez la certitude, en tant que patient, que votre prestataire de soins a toujours une vue correcte sur les médicaments que vous prenez. Les pharmaciens ne devront plus déchiffrer les gribouillis. Et la transmission directe des documents du médecin au pharmacien via l’application sécurisée Recip-e rend la falsification impossible. »

A partir du 1er janvier 2020, la prescription électronique deviendra obligatoire. Les médecins généralistes, les spécialistes, les dentistes et les sages-femmes seront uniquement autorisés à délivrer une prescription papier dans certaines situations spécifiques (par exemple lorsqu’une assistance médicale urgente est nécessaire).

Au cours des dernières années, la ministre De Block a progressivement déployé l’utilisation du système électronique, en tenant compte de l’âge des médecins et des changements de logiciels nécessaires. L’utilisation de la prescription électronique sera obligatoire à partir du 1er  janvier 2020 sauf situations spécifiques comme les médecins qui ont atteint l’âge de 64 ans au 1er janvier 2020.

« Mais les chiffres montrent que de très nombreux médecins et pharmaciens n’ont pas attendu ce délai. Ils utilisent déjà la prescription électronique dans l’intérêt de leurs patients. » constate Maggie De Block.

Prochaine étape : entièrement sans papier

Dans le cas d’une prescription électronique, le patient reçoit actuellement une feuille de papier comportant un code-barres. En scannant ce code, le pharmacien peut récupérer la prescription dans le système. À long terme, cela disparaîtra également et l’ensemble du processus sera sans papier. Le pharmacien récupérera ensuite les ordonnances des patients via leur eID. L’objectif est d’y parvenir au cours du second semestre de l’année prochaine.

Masanté.be

Depuis la fin de l’année dernière, les citoyens peuvent consulter eux-mêmes leurs prescriptions électroniques en suspens via le portail Masanté. Le mois dernier, 8.369 citoyens l’ont fait. Les patients qui le souhaitent pourront supprimer les prescriptions non désirées et consulter les notices électroniques des médicaments en un clic.

Une fois que la procédure de prescription se déroulera complètement sans papier, les patients pourront indiquer à l’avance via Masanté auprès de quelle pharmacie ils souhaitent se procurer quel médicament. Le pharmacien recevra ensuite cette prescription sous forme numérique afin de pouvoir préparer le médicament.

Lire aussi : Une fausse prescription signalée tous les 3 jours

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.