"Les ordinateurs du NHS responsables de centaines de morts"

"Nous pensons que les problèmes informatiques dans le NHS sont responsables de 100 à 900 décès par an et c'est probablement une sous-estimation", affirment deux professeurs britanniques dans The Independent.

Le matériel informatique hospitalier intégré au système de santé britannique est souvent de mauvaise qualité et fragile face à des cyber-attaques, dénonce Harold Thimbleby, professeur en sciences informatiques à la Swansea University. Lui et son collègue Martyn Thomas, professeur d’informatique au Gresham College, ont estimé lors d’une récente conférence que des centaines de morts pourraient être causées chaque année par des erreurs informatiques.  “De l'inscription des patients à l'IRM en passant par la dialyse, les systèmes informatiques provoquent de nombreux bugs et sont particulièrement vulnérables aux cyber-attaques.

"Les prestataires de soins et les patients n'ont aucune idée de la qualité du système informatique de leur hôpital. Les médecins et les infirmières sont surmenés et n'ont pas le temps d'apprendre comment le système fonctionne. Ce n'est pas non plus leur travail”, explique le professeur Thimbleby. Les deux professeurs appellent donc à une meilleure réglementation de l’informatique dans les hôpitaux et à davantage de recherches sur les implications des erreurs informatiques. "Souvent, ce sont les médecins qui sont accusés. C'est injuste", disent les experts.

Le Pr Thimbleby pointe du doigt le fait que des enquêtes publiques sont ordonnées lors de catastrophes telles que déraillements de trains, incendies, etc. pour lesquelles on a comptabilisé quelques dizaines de morts. "Pourquoi n’y a-t-il aucune enquête publique relative à la sécurité des logiciels hospitaliers, se demande-t-il, alors que l’informatique intervient partout et tout le temps dans le fonctionnement du système de santé national?” Le Pr Thomas, qui est aussi professeur associé d’ingénierie du logiciel dans les universités d’Oxford, Aberystwyth et Bristol, a décrit comment les recherches américaines montrent que 8% de tous les décès sont imputables à des erreurs commises en milieu hospitalier. "Si nous transposons ce chiffre aux soins de santé au Royaume-Uni, dit-il, cela signifierait 88.000 décès évitables par an dans les hôpitaux! Or, une proportion significative de ces erreurs médicales sont dues à des erreurs de logiciels informatiques qui induisent en erreur les professionnels de santé.”  Et ce sont évidemment ces derniers qui sont tenus pour responsables des erreurs commises… Tout ceci ne prend pas en compte le risque bien réel de cyber-attaques que le Pr Thomas prend très au sérieux. Le porte-parole du Ministère de la Santé britannique a récemment déclaré: "Nous allons investir 4,2 milliards de £ dans la technologie pour éliminer les dommages évitables. D’autres extensions budgétaires seront consacrées au renforcement de la cyber sécurité.”

Et en Belgique?

Si la sécurité absolue n'existe pas , il n'y a néanmoins pas de chiffres précis sur les défaillances informatiques dans les hôpitaux belges. En Belgique, il incombe à chaque hôpital d'élaborer un plan d'urgence et de le soumettre aux autorités.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Charles KARIGER

    13 février 2018

    Et dans quelques jours, il incombera à chaque prestataire professionnel d'élaborer ce plan d'urgence, de désigner (engager?) un responsable de la sécurité, etc... individuellement!
    Solution?