Soins de santé: pas de supplément d'honoraires et salaire fixe pour les spécialistes (PTB)

Le PTB veut supprimer totalement la possibilité de demander des suppléments d'honoraires. Il préconise également d'imposer un salaire fixe aux médecins spécialistes. Telles sont deux de ses propositions pour assurer la viabilité financière des hôpitaux.

Les suppléments d'honoraires pour les hospitalisations en chambre individuelle ne cessent d'augmenter, à un rythme moyen de 3% par an regrette le PTB. En 2017, ils ont représenté 563 millions d'euros et leur croissance est 2,5 fois supérieure à celle des frais réguliers remboursés par l'assurance soins de santé obligatoire, selon un rapport publié mardi par l'Agence intermutualiste (AIM). Un patient sur cinq a dû payer de tels suppléments, pour un montant moyen de 1.065 euros.

"Pour ne pas couler eux-mêmes financièrement, les hôpitaux soutirent un maximum aux patients. Cela fait des années que nous dénonçons le problème du sous-financement structurel des hôpitaux. Un hôpital sur trois est dans le rouge" Les suppléments d'honoraires de plus en plus élevés servent à combler ces déficits. Et le patient? "Il est saigné à blanc", a dénoncé le président du parti marxiste, Peter Mertens.

Pour éviter une privatisation rampante des hôpitaux par la multiplication des assurances privées, le PTB avance quatre points.

Les suppléments d'honoraires seraient supprimés. Tous les médecins devraient donc appliquer les tarifs convenus.

Les salaires des spécialistes seraient également limités. Le PTB propose un "très bon salaire" fixe, comme dans les hôpitaux universitaires, établi à 180.000 euros. Selon lui, une économie de 700 millions d'euros pourrait être réalisée.

Le paiement d'un salaire fixe éviterait en outre la "prestatite", soit la surconsommation de prestations médicales. L'économie générée représenterait 375 millions d'euros.

Le milliard d'euros économisé serait directement investi dans les soins infirmiers. La charge de travail et les sous-effectifs constituent un grave problème dans de nombreux services, souligne le PTB. On compte en Belgique 11 lits par soignant alors que la moyenne européenne est de 8,3. Avec ce montant, le parti veut combler cet écart.

> Le débat se poursuit sur @LeSpecialiste

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Daniel LEFEBVRE

    10 février 2019

    Salaire fixe pour les médecins ? MAIS il n'y a pas que les médecins ! Les politicards doivent s'astreindre aussi :
    1. A des salaires décents et non exorbitants.
    2. Interdiction de se nourrir financièrement dans différentes "mangeoires"
    3. Interdiction de parachutes dorés (ceci fut voté par le peuple suisse), mais savons que dans notre pays, un terme de vocabulaire n'existe pas ("referendum").
    Quelle démagogie: cela me rappelle qu'il y aura des élections (comme les tours de manège, on prend les mêmes et on recommence), et que pour financer ces idées, il faudra du pognon !!

  • Freddy GORET

    09 février 2019

    180 000 euros pas mal pour 40 heures semaine
    80% des médecins spécialistes ne reçoivent que le tiers de ce salaire pour 50 a 60 heures semaines avec en plus des gardes ,des contraintes administratives ,des participations aux congrès et aux glems etc...
    Merci au PTB