Augmentation des prix et quasi- monopole : les fournisseurs de logiciels médicaux s'expliquent

En réponse à l’ABSyM et au CMG  qui s'inquiètent du quasi-monopole des logiciels pour les médecins généralistes, BeMeSo, la nouvelle association représentant les fournisseurs de software médicaux de première ligne, explique ...

La semaine dernière, une campagne de dénigrement se créait autour d’un quasi-monopole chez les fournisseurs de DMI et les augmentations de prix qui ont récemment été mises en place. Maintenant que presque tout le monde a exprimé son opinion à ce sujet, outre les fournisseurs de DMI, le Belgian Medical Software Primary Care (BeMeSo) ,  trouve qu'il est grand temps d'objectiver le débat avec des faits.” et de préciser  “BeMeSo ne vise pas à défendre l'un de ses membres, mais souhaite souligner certains des défis auxquels est confronté l'ensemble du secteur.

Pour l’association des logiciels médicaux que préside Peter Van den Berge “ le quasi-monopole est beaucoup plus petit qu'on ne veut le faire croire. Outre Corilus (CareConnect), CGM (Windoc et Daktari) et Cegedim (Health One) sont également des acteurs majeurs.

En Belgique, Corilus est le plus important, mais internationalement, Cegedim et CompuGroup Medical sont beaucoup plus importants.

Il faut bien le constater, le secteur des logiciels de première ligne en général, et des logiciels de médecine générale en particulier, est confronté depuis plusieurs années à une série incessante de nouvelles fonctionnalités qu'il doit mettre à la disposition de ses utilisateurs. “Ce ne sont pas toujours des projets simples, certains sont même très complexes et sont donc accompagnés de lourds  investissements. Puisque le gouvernement, qui impose ces investissements, n'a encore remboursé aucun de ces investissements, les fournisseurs ne peuvent qu’augmenter leurs prix. C'est une loi économique.” déclare BeMeSo.

Une autre conséquence de toutes ces nouvelles fonctionnalités une charge de plus en plus importante sur les services de support des fournisseurs de logiciels. Les professionnels de la santé exigent une assistance correcte pour toutes leurs questions et problèmes qu'ils rencontrent lors de l'utilisation de leur logiciel. “Toutefois, de nombreux problèmes se trouvent sur Recip-e, MyCareNet, eHealth et d'autres systèmes sous-jacents, mais le fournisseur de logiciels doit les prendre en charge. Encore une fois, cela se fait sans recevoir de compensation de la part du gouvernement.” s’exclame le président de l’association.

“Il est vrai qu'il y a un monopole en matière de connectivité, mais cela s'est développé de facto.” poursuit Peter Van den Berge.  “Chaque fournisseur de DMI est libre de développer sa propre stratégie en ce qui concerne la communication électronique, mais c'est aussi le droit d'un fournisseur de l'externaliser à un tiers

Pour le président de l’association “tout cela montre clairement pourquoi BeMeSo a été créé.

Lire aussi :

L’ABSyM, préoccupée face au quasi-monopole sur le marché des logiciels pour les médecins généralistes

BeMeSo : une nouvelle association indépendante réunis les distributeurs belges de logiciels médicaux

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.