«Quand Maggie bloque les médecins généralistes!»

Tel est l’intitulé que les MG luxembourgeois et dinantais ont donné à la conférence de presse qu’ils tiendront, dans 8 jours, à Marche-en-Famenne. On le sait, ils réclament des moyens pour ouvrir (certains) PMG en garde de semaine, afin de stabiliser celle-ci dans les secteurs critiques. Leurs SOS à Maggie De Block sont restés jusqu’ici improductifs, en dépit de l’urgence: d’ici 2025, plus de 12 communes compteront moins de 4 MG. La fréquence des gardes dissuade la relève. Ce qui se joue là-bas, c’est le maintien d’une médecine de proximité, aussi en journée.

Medi-Sphere vous en parle depuis début 2018, l’asbl PMG-LD qui chapeaute le réseau de 7 PMG créé en 2011 en province de Luxembourg et à Dinant commence à trouver le temps bien long: cela fait deux ans qu’elle a entrepris des démarches pour obtenir le financement de l’ouverture d’une partie de ses postes en semaine.

Sur le terrain, il devient de plus en plus impératif d’alléger la charge de travail des MG encore en activité dans les zones en difficulté. A Gouvy, par exemple, il n’y a déjà plus qu’un seul médecin. A l’horizon 2025, plus de 12 communes se retrouveront avec moins de 4 généralistes pour couvrir l’ensemble de leur territoire. Cette pénurie augmente la fréquence des gardes, et la pénibilité notoire fait fuir, si pas les MG déjà installés, à tout le moins les jeunes qui songeaient à le faire. Un parfait cercle vicieux…

Le président de PMG-LD nous expliquait récemment que, si leur demande de subventionnement de la garde de semaine ne se heurtait jamais à un ‘non’ catégorique des autorités, les médecins rencontraient atermoiements et temporisations (lire Medi-Sphere n°578). Dès lors, ils avaient décidé de passer à l’action.

Ils ont convoqué fin février une AG extraordinaire inter-cercles, à laquelle étaient conviés les 332 MG du Centre-Ardenne, de Famenne-Ardenne et de l’arrondissement de Dinant. Ce rassemblement a permis de confirmer que l’ouverture de PMG en semaine pour soulager les actifs en garde avait les faveurs de l’assemblée, selon une formule 5 postes ouverts en soirée + 3 la nuit.

Dans la foulée, PMG-LD a décidé de convier la presse jeudi prochain au poste de garde de Marche-en-Famenne, pour exposer la situation, ses enjeux de santé publique et «l’impuissance des médecins concernés, malgré les appels à l’aide lancés à la ministre Maggie De Block», nous expliquent les porte-parole et coordinateur de l’asbl faîtière.

Visent-ils principalement les médias du coin? On dirait bien que l’asbl voit plus grand: si la presse locale luxembourgeoise et Matélé (la TV locale de Dinant) sont effecfivement conviées, c’est aussi le cas de la RTBF et de RTL. Les généralistes rapportent en outre être occupés à multiplier les démarches «sur de nombreux fronts politiques». Cette semaine, une présentation de la situation a été faite devant le Conseil provincial luxembourgeois, par exemple. «Le Gouverneur a également été informé de la situation de blocage dans laquelle nous nous trouvons», indiquent nos interlocuteurs.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.