PMG : « une pénalisation des ‘bons élèves’ de 2017 »

La convention 2019 de financement de PMG contient toujours des clauses aux implications nébuleuses. Des « chèques en blanc », comme les appelaient en 2018 les MG protestataires. Mais cette fois, ce ne sont plus ces clauses floues qui tiennent la vedette. Les motifs d’inquiétude sont plus globaux. « Il y a une perte de confiance chez les responsables de la garde », rapporte Guy Delrée, président de la FAGw. Une action de protestation est possible.

Les coordinateurs des PMG wallons, qui se voient à intervalles réguliers pour échanger sur leurs problématiques communes, se sont rassemblés fin janvier, après découverte de la convention de financement fraîchement reçue de l’Inami. L’émissaire de l’institut à cette réunion, et vrai spécialiste du dossier, Luc Maroy, a annoncé que « les postes n’obtiendraient pas les habituels budgets avec marge (au-delà des besoins effectifs), qui permettaient de faire face aux impondérables – notamment aux coûts salariaux supplémentaires en cas d’ITT ou de congé de maternité. On recevra ce qui a été réellement dépensé en 2017, + 2% pour 2018 et + 2 autres pourcents pour 2019. Pour les coordinateurs, c’est impraticable de n’avoir aucune souplesse. En plus, dans l’intervalle, des situations ont évolué par endroits, des initiatives ont vu le jour. Dans le Tournaisis, ils venaient d’engager cet automne leur première accueillante… »

« Bien sûr, l’Inami rétorque : ‘vous n’avez qu’à introduire une demande chez nous si vous avez des frais supplémentaires’ », enchaîne le Dr Delrée. « Le problème, tout le monde le dit, c’est que l’Inami ne répond pas, pas même via un accusé de réception. Si bien que certains postes à l’équilibre prennent l’initiative d’engager une dépense – et s’exposent à un retour de flammes : pour des raisons de pur formalisme (l’absence de demande préalable écrite), ils peuvent se voir refuser un budget.  Ou parfois pour des raisons arbitraires, parce qu’un comptable aura, sans concertation, jugé qu’une dépense n’est pas pertinente pour un poste - j’ai en tête l’exemple d’une formation à la gestion des patients violents. Est-on dans l’arène, avec un système de pouce levé/pouce baissé ? Attention, nous ne visons pas ici des fonctionnaires personnellement. Mais force est de constater que le service concerné, à l’Inami, est fortement déforcé. Et que le dialogue avec le terrain n’existe plus, sur décision du cabinet De Block. »

Les coordinateurs ont donc de multiples réserves face à la convention 2019, résume Guy Delrée. « Et même une certaine virulence. On sent un stress s’installer. Ils se sentent à la merci d’un refus qui peut faire capoter tout le montage. On assiste en outre à une pénalisation des ‘bons élèves’ : ceux qui auront été sobres dans leurs dépenses en 2017 en souffriront cette année. »

La médecine générale flamande aura fait mouche, avec son lobbying sur les frais des PMG, estime encore le MG marchois, « pendant que nous, nous défendons l’idée d’une extension à la semaine (moins coûteuse qu’une création puisque ‘recyclant’ des structures existantes) sans parvenir à faire passer l’idée. » Et pendant que les Wallons prêchent dans le désert, « on constate que les modèles de PMG adoptés en Flandre, en ligne avec ce qu’aime Maggie De Block, sont souvent plus onéreux. On peut citer comme exemple l’option du transport externalisé à une firme tierce. »

L’enveloppe est trop étroite

Tout ceci illustre, termine le président de la FAGw, que « l’enveloppe des PMG, calculée du temps de Laurette Onkelinx, devient trop étroite - puisqu’elle est inchangée alors que la couverture du pays se poursuit. Ce sera déjà un exercice d’équilibriste en 2019. Mais les moyens seront insuffisants pour 2020. »

En milieu de semaine, une réunion plus stratégique des responsables de la garde se tiendra, qui débouchera vraisemblablement sur une action. Une liste de doléances à l’Inami, une lettre à la ministre, un communiqué de presse, l’interpellation des partis en campagne … La forme n’est pas encore décidée, mais l’état d’esprit y est.

Lire aussi :  L'argent des PMG: qui obtient quoi en 2019?

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.