Le sp.a pour un centre qui permettrait l'avortement au-delà de 14 semaines

 Le parti socialiste flamand sp.a, dans l'opposition, appelle à désigner dans notre pays un centre dans lequel l'avortement serait encore possible, dans des cas exceptionnels, au-delà de 14 semaines de grossesse, peut-on lire samedi dans De Morgen.

Chez nous, la limite pour une IVG est fixée à 14 semaines. Au-delà de ce délai, l'avortement reste possible en cas d'exceptions, pour raisons médicales.

Aux Pays-Bas, la législation est plus souple et permet une intervention jusqu'à 22 semaines, ce qui pousse quelque 500 femmes belges à s'y rendre chaque année pour y subir une IVG. A partir du 8 décembre, 7 des 15 cliniques néerlandaises d'avortement fermeront cependant leurs portes, à la suite d'une faillite. Ce qui devrait donc impacter la patientèle belge, selon la députée sp.a Monica De Coninck.

"Le ministre néerlandais de la Santé publique a déjà dit que les femmes de nationalité néerlandaise seront prioritaires dans les centres restants. Cela signifie qu'il n'y aura presque plus de place pour les femmes belges", s'inquiète-t-elle.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.