FAG: «Avec une garde pertinente, sûre et bien rémunérée, 
pas besoin d’arsenal coercitif»

«On se doutait que ça viendrait un jour», explique Guy Delrée, président sortant du Fag wallon. «Le principe de formaliser l’obligation de garde n’est pas nouveau: il figurait déjà dans l’accord de gouvernement (1). Le maintien de l’agrément, c’était une arme, mais Maggie De Block voulait revenir avec quelque chose de plus fort.»

Les MG doivent-ils redouter l’avènement de ce ‘quelque chose’? «On n’a aucune info sur le contenu exact de la mesure en préparation. Les termes qui y figureront et ce qu’ils recouvriront exactement seront déterminants. A ce jour, un MG est tenu de ‘participer au rôle de garde’ (et si pas, d’assumer de son côté la continuité des soins). Mais ‘participer’, ça ne veut pas dire la même chose partout. Certains MG sont inscrits au rôle, mais pour diverses raisons admises, n’y prennent pas part - ou seulement si un pic d’activité le nécessite. C’est une participation passive, en somme. A Bruxelles, il n’y a pas assez de plages horaires de garde pour que tout le monde participe. Dans les zones où elles sont réparties équitablement entre tous les actifs, des médecins en cèdent ou en reprennent entre eux, par la suite, à l’amiable…», détaille le Dr Delrée. D’où la crainte que la future disposition légale n’évacue cette souplesse entre pairs. Et que le Fédéral ne prive les cercles de la prérogative d’organiser la garde, avec la latitude de coller à la réalité locale. «Et en plus, la profession n’a pas oublié que des idées comme une garde généraliste à assumer 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ont officiellement circulé sous cette législature…»

«Personnellement, je soutiens que si on rendait la garde pertinente, sûre et bien rémunérée, il serait inutile de se casser la tête à imaginer tout un arsenal juridique coercitif, potentiellement préjudiciable à tous pour régler 2-3 situations. La participation serait volontaire. La perspective de perte d’agrément aurait suffi comme aiguillon.»

On sent Guy Delrée un peu dépité. «Les cercles et les MG ne sont pas des irresponsables – ils s’acquittent au mieux de leur mission. Décréter une obligation, n’est-ce pas une forme d’aveu d’incapacité à réformer la garde? Maggie De Block choisit le bâton. Dommage qu’elle néglige les autres voies.»

(1) On peut lire à la page 63 de l’accord de gouvernement Michel, d’octobre 2014: «Une obligation générale de participer à la garde est instaurée, moyennant la possibilité d’octroyer des dispenses sur la base de l’âge, de la situation familiale et de l’état de santé des dispensateurs de soins».

Lire aussi:

Maggie De Block 
veut inscrire dans la loi l’obligation de la garde

> GBO: «Discuter avec les MG 
avec un a priori de confiance»

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Charles KARIGER

    13 septembre 2018

    Pas de doute, cela va tout arranger! Combien de septuagénaires et octogénaires encore quelque peu actifs ne vont-ils pas illico "déplaquer" (comme disent nos Confrères français)? Corollaire: obligation d'installer manu militari certains confrères dans les "déserts".
    Et pourquoi ne pas étendre cette mesurette charmante aux ophtalmologistes? aux dentistes? Etcaetera.