Etes-vous prêt à aller en prison?

Depuis l’année dernière, il existe une volonté manifeste de la part des autorités fédérales de transmettre le lourd dossier des soins de santé dans les prisons du ministère de la Justice à la Santé Publique…

Ceci s’inscrit dans la participation de la Belgique aux «Mandela Rules» émises par l’ONU en 2015, que l’on appelle formellement Standard Minimum Rules for the Treatment of Prisoners, qui régit trois principes pour les soins pénitentiaires. Tout d’abord, il doit y avoir une équivalence de soins aux détenus par rapport à la population générale; ensuite, il est nécessaire d’assurer la continuité des soins et enfin, il faut assurer l’indépendance du prestataire de soins. Au fait, ces 3 principes existent aussi dans la loi belge depuis… 2005, mais ce n’est pas appliqué!

En décembre dernier, le KCE a remis un rapport avec la possibilité d’une réforme des soins pénitentiaires en profondeur selon deux scénarios. Dans le premier, on ne change rien à la situation actuelle, loin d’être idéale pour les détenus; dans le second, le KCE prévoit la mise en place d’une équipe multidisciplinaire «composée de médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, dentistes, psychologues, psychiatres et travailleurs sociaux et placée sous la direction d’un médecin généraliste».

Cela signifie qu’il y aura forcément un besoin accru en personnel de soins et notamment de médecins généralistes ou spécialistes… Et vous seriez-vous prêt à aller en prison?

Lire aussi :

Honoraires des experts judiciaires en 2018: 15 à 30 euros bruts/heure...

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Benoit SKRZYPEK

    11 avril 2018

    La question est mal posee: on ne forcera pas qqun a travailler en prison; la médecine pénitentiaire a ses spécificités ; d’un autre côté chaque médecin peut avoir un de ses patients en prison,; ce changement de statut ne doit en aucun cas être délétère au suivi et une coordination est necessaire entre les praticiens intra et extra muros; il est normal et urgent que tout depende d’un seul et même ministère pour inclure les personnes incarcérées dans le système de santé accessible a tout un chacun
    J’en profite pour passer un appel a tout medecin generaliste pour qu’il s’interesse voir collabore avec nous
    Et de facon urgente a Leuze en Hainaut!
    Dr B Skrzypek
    Medecin referent
    Direction générale des établissements pénitentiaires
    Belgique sud

  • Monique MOTQUIN

    11 avril 2018

    Non
    Et mille fois NON’

  • Marie Therese Gilbert

    11 avril 2018

    Oui selon ce que nous a enseigné Hippocrate