«Nous allons entreprendre des actions contre le cafouillage avec e-Health»

«La panne d’e-Health de ce mardi matin était légendaire», s’exclame le Dr Herwig Van Pottelbergh (département TIC, Domus Medica). «Mais en fait, je réagis à une accumulation de différents incidents.» Pour ce médecin généraliste de Halle, le cafouillage avec e-Health commence vraiment à bien faire!

Il avait déjà abordé le sujet lors du symposium ‘Médecins du Monde’ du 28 avril, avec un commentaire sans détour par rapport aux dysfonctionnements des services e-Health. La ministre De Block, qui faisait également partie du panel ce jour-là, ne l’avait pas raté en retour. Elle y avait suggéré que les généralistes étaient eux-mêmes responsables de la solidification du processus: «Cher collègue, prenez vos responsabilités et faites-y quelque-chose!»

«Chez Domus Medica, nous commençons à ressentir un malaise par rapport aux différents développements en matière de TIC», lance le Dr Van Pottelbergh dans l’après-midi du 12 juin après qu’e-Health a été inaccessible toute une matinée. «Cet incident est symptomatique de la politique qui est menée actuellement sur le long terme

«Les autorités ne se rendent pas compte à quel point nous sommes devenus tributaires du bon fonctionnement des TIC. Ce matin, nous ne pouvions plus établir de relations thérapeutiques, ni rédiger des prescriptions électroniques, ni remplir d’attestation électronique. Les patients qui disposaient d’une prescription électronique ne pouvaient plus la faire valoir à la pharmacie. Ce matin, la panne a été exceptionnellement longue et généralisée. Mais chaque semaine, nous sommes confrontées à un dysfonctionnement ou l’autre

Tout cet incident a fait repenser le Dr Van Pottelbergh à ce qu’il appelle la ‘tirade’ de la ministre lors du congrès de Médecins du Monde. «Elle n’a pas raison. Avant de déployer de nouveaux services, elle doit bien s’assurer que la structure de base tienne la route. Les soins de santé reposent sur un travail d’équipe et la communication. Cette communication doit donc fonctionner de manière optimale. Or, pour l’instant, ce n’est pas le cas avec e-Health. La panne de ce matin n’en est qu’un exemple parmi d’autres

Prenons maintenant le Sumehr. A ce jour, il est incomplet. Les antécédents thérapeutiques et la déclaration reprenant les volontés du patient n’y figurent pas. En novembre 2016, un groupe de travail avait déjà rédigé un nouveau Sumehr, complété. «Mais à ce jour, toujours pas de trace de ce nouveau Sumehr. C’est quand même incroyable…», analyse Herwig Van Pottelbergh.

En Flandre, il ressort aussi que les hubs ne fonctionnent pas bien non plus. Ils ne sont pas bien reliés. Lorsque l’on se connecte à un hub, on ne peut que consulter les informations qui sont présentes dans le hub-même. Et à l’intérieur d’un hub, l’ordre des données est encore vague. «Si l’on veut travailler en équipe, il faut peut-être aller regarder ce qu’un patient a déjà subi comme examens. Je défie madame De Block de trouver son chemin dans un hub. Ce n’est même pas la peine d’essayer», commente Herwig Van Pottelbergh.

Et il y a ainsi toute une série de problèmes, conclut-il. «Dans ses répliques, la ministre De Block se dégage de toute responsabilité et la fait porter aux producteurs et aux hôpitaux. Ce n’est pas correct! Lorsque j’ai lu tous ces messages désespérés ce matin, je me suis dit que, Domus Medica, nous devions réagir. Nous devrons probablement chercher des moyens d’actions pour dénoncer la situation car ce n’est pas possible de continuer ainsi!»

Lire aussi : Panne générale de la plateforme e-health - Résolu à 15 h

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Bernard CAUCHETEUR

    22 Juin 2018

    Tout à fait d accord avec cet article !
    En plus on perd du temps et on se déconcentre par rapport à la relation patient-médecin...
    Rien n est au point et le "plantage" est régulier...

  • Philippe VAN VLAENDEREN

    20 Juin 2018

    Docteur Van Vlaenderen Philippe.
    Les services informatiques de l'INAMI sont en dessous de tout. Si mon informaticien avait été de ce niveau, je l'aurais remplacé depuis longtemps. Lamentable, pénible, insupportable.