Garde Bruxelloise: "communautarisme quand tu nous tiens ! " (Dr Michel De Volder)

À la suite de l’article paru dans Medi-Sfeer sur le « clash annoncé » à la GBBW dans l’interview du Docteur Vincent Janssens et de la Directrice de la GBBW Ellen Stassart, la  FAMGB souhaite réagir : il ne s’agit nullement d’un problème communautaire, mais bien de  gouvernance ! 

La FAMGB a été à l’initiative de la réforme de la garde bruxelloise en 2012 et 2013. Dès le  départ de cette réforme et de ce projet, la FAMGB a souhaité y impliquer immédiatement les médecins du BHAK. A l’issue d’une longue réflexion et d’un commun accord, le BHAK et sa  centaine de membres a rejoint la FAMGB et ses 1.500 membres dans la GBBW (Garde  Bruxelloise – Brusselse Wachtdienst) pour assurer une garde publique bilingue en médecine générale sur la Région Bruxelloise.  

La FAMGB a aussitôt encouragé au maximum les médecins de la FAMGB à suivre les cours de  néerlandais et passer les examens de certification de bilinguisme d’un niveau B2 (niveau Sélor à l’époque) et a ainsi convaincu pas moins de 60 médecins parmi ses membres d’obtenir ledit certificat de bilinguisme. Ceux-ci se rajoutent donc dans le rôle de garde aux 60 médecins du BHAK pour prester les shifts bilingues et assurer le bilinguisme sur la garde bruxelloise. Il est à  noter que ce bilinguisme était une exigence préalable du BHAK lui-même à toute collaboration  avec la FAMGB; il est à signaler également que, par expérience et recul de maintenant 8 années, seuls 7% des appels arrivant à la garde bruxelloise concernent des patients néerlandophones.  

Alors que dans l’article de Medi-Sfeer, il est fait état d’une minorisation et d’un déni des médecins néerlandophones, la simple lecture des statuts de l’asbl GBBW permet de se rendre  compte qu’il n’est nullement question de minorisation et de déni du BHAK et de ses  membres. Ceux-ci bénéficiant au contraire, de façon statutaire dans toutes les procédures  décisionnelles de votes, d’une minorité de blocage tel que nous le connaissons actuellement.  Nous déplorons d’ailleurs que ces statuts soient utilisés aujourd’hui par le BHAK pour bloquer une demande justifiée et légitime de la FAMGB et de tous ses membres d’un changement de direction. 

En effet, comme toute asbl, la GBBW doit respecter le code des sociétés et des associations  (CSA), et donc les règles et procédures qui les régissent. La FAMGB dénoncent depuis plusieurs  années les manquements et omissions répétées qui sont pratiquées au sein de la GBBW entre autres par la Direction actuelle et bien souvent avec l’absolution tacite du Président du BHAK.  Nous avons maintes fois discuté avec nos collègues du BHAK sur ces manquements aux procédures ainsi qu’avec la Direction. Force est de constater, à regret, que rien n’y change. 

Dès lors, la FAMGB et ses 12 associations membres fondatrices et effectives de la GBBW ont décidé qu’il n’était plus possible pour elles de continuer avec de tels dysfonctionnements  et non-respects du code des sociétés et des associations.  

Il ne s’agit donc nullement d’un problème communautaire, mais bien de gouvernance !  Notre volonté, exprimée il y a 8 ans et réitérée ces dernières semaines aux membres du BHAK, à son Président et à sa Vice-Présidente et partagée par tous les membres de la FAMGB, est de poursuivre un travail de collaboration pour assurer ensemble la continuité  des soins et la garde de médecine générale bilingue et bien au-delà – multilingue- pour  toute la population à Bruxelles… mais dans les règles du CSA! 

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.