Soins psychologiques remboursés: que dire aux patients?

Dossier très médiatisé, le remboursement des soins psychologiques de 1ère ligne par l’Inami à de nombreux partisans... mais aussi ses détracteurs.
Plus d’une fois et largement à l’avance, Maggie De Block a médiatisé le (futur) remboursement des soins psychologiques de 1ère ligne par l’assurance maladie. Tout le monde s’accorde pour l’admettre: c’est une première. Mais le dispositif élaboré a ses détracteurs, qui le trouvent étriqué et tarabiscoté. Si jamais un patient vous demande comment en bénéficier et auprès de qui, conseillez-lui de… patienter.

Quelques clarifications
Dans ce dossier, quelques clarifications ne sont pas du luxe. Outre qu’il y a des conditions limitatives pour profiter de la mesure - par exemple une tranche d’âge à respecter (18-64 ans) -, tous les psychologues et orthopédagogues cliniciens agréés n’entreront pas dans le circuit.

Le remboursement s’opérera s’il y a eu conclusion d’une convention entre l’Inami et un «réseau régional de santé mentale» (tel que apparus dans le cadre de la réforme Psy107), ce qui était en cours fin 2018, indique l’Inami. Les réseaux conventionnés négocieront ensuite à leur tour une convention avec des psychologues ou orthopédagogues cliniciens intéressés, issus de la même zone d’activité.
Un nombre restreint de candidats retenus
Les professionnels ont jusqu’au 11 février pour postuler auprès des réseaux. Au terme du processus, il y aura des élus et… des réservistes. De fait, les autorités ont déjà prévenu que seul «un nombre restreint» de candidats seraient retenus puisque, de toute façon, le groupe cible et le total de séances sont limités .Du moins «dans un premier temps», lit-on sur le site inamien.
L’Institut estime que, début mars, les premières conventions entre réseaux et psychologues seront effectives. Il attend en tout cas des premiers qu’ils aient formalisé la collaboration avec au moins un psychologue d’ici le 1er avril.

Pour les généralistes
Ce sont les généralistes et les psychiatres qui seront habilités à orienter vers ces professionnels leurs patients souffrant d’un problème psychique modérément grave d’angoisse, de dépression ou d’alcoolisme. Ils devront employer une lettre de renvoi type que leur fourniront les réseaux régionaux. Ceux-ci produiront aussi en temps voulu la liste des psychologues habilités localement à assurer les consultations remboursées.

Une autre précision à apporter: les médias ont parlé laconiquement de ‘remboursement’ et certains patients ont pu retenir, à tort, que celui-ci serait intégral. La séance de 45 minutes sera facturée à 45€ (sauf la première, d’une heure, portée en compte à 60€). Le patient paiera 11€ de ticket modérateur par séance, et 4€ s’il est BIM.

Lire aussi : Soins psychologiques : 4 séances maximum, éventuellement renouvelables

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.