Un mois de prison avec sursis pour des certificats médicaux de complaisance

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné, mercredi matin, un médecin à un mois de prison avec sursis pour avoir délivré de faux certificats médicaux. En 2012, la RTBF avait dévoilé, dans un reportage, des images montrant ce médecin généraliste de Laeken délivrer des certificats médicaux pour 5 euros, sans consultation du patient.

Le tribunal a estimé que le médecin avait bien commis des faux et l'a condamné à une peine d'un mois de prison avec sursis ainsi qu'à une amende pénale. Il a tenu compte de la gravité du délit mais aussi de l'ancienneté relative des faits.

La manière de procéder de ce médecin de Laeken avait été révélée dans un reportage de la RTBF, réalisé en micro et caméra cachés. On y voyait le médecin délivrer un certificat médical à la demande du journaliste se présentant comme patient, sans aucune auscultation.

Face au tribunal, le prévenu avait nié les faits qui lui étaient reprochés. Il estimait que le montage réalisé par la RTBF masquait une discussion qui portait sur l'état de santé de celui qui se présentait comme patient.

Son conseil avait estimé que le reportage télévisé ne pouvait pas constituer une preuve et avait plaidé l'acquittement.

Le ministère public, lui, avait affirmé qu'outre ces images parlantes de nombreuses plaintes avaient été émises de la part notamment d'établissements scolaires qui recevaient un nombre particulièrement élevé de certificats médicaux provenant de ce médecin.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • André VERBEKE

    27 avril 2018

    il est temps de se montrer un peu plus sévère pour ce genre de pratiques, encore très fréquente.
    Dr Verbeke.