Remboursement des quinolones: des règles qui changent le 1er mai

L’Inami avertit les prescripteurs: dès le mois prochain, pour certains antibiotiques de la classe des (fluoro)quinolones, les conditions de remboursement changent. L’assurance-maladie a réduit le champ des infections et/ou situations pour lesquelles il y a intervention. L’étape de la demande (électronique) d’autorisation de remboursement est requise.

Les médicaments concernés sont ceux à administrer par voie orale, remboursables en pharmacie publique et contenant l’un de ces principes actifs: ciprofloxacine, levofloxacine, moxifloxacine, norfloxacine ou ofloxacine. L’Inami énumère sur son site une dizaine d’infections ouvrant la possibilité de remboursement, de la prostatite aiguë à la diverticulite aiguë non compliquée, en terminant son inventaire par la formule plus générique de la «situation exceptionnelle et urgente qui nécessiterait l’initiation d’un traitement par quinolone».

A partir du 1er mai, le prescripteur est tenu de demander électroniquement une autorisation de remboursement, pour son patient (à partir de son DMI ou en utilisant l’application web CIVARS) – ou si pas de mentionner sur la prescription «régime du tiers payant applicable». Classiquement, l’Inami invite les médecins à consigner au dossier les éléments prouvant que toutes les conditions de remboursement sont remplies, notamment quand il doit y avoir eu préalablement prise d’échantillon de culture pour antibiogramme.

L’Inami explique que cette nouvelle donne s’inscrit «dans une démarche globale d’amélioration de la santé publique». Il y a lieu «de contrer la surconsommation d’antibiotiques en Belgique et le développement des résistances qui en découle».

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Philippe RIMEE

    20 Avril 2018

    De qui se moque-t-on nous voilà maintenant un capable de prescrire un antibiotique à bon escient sans demander l’accord à nos supérieurs in Amiens.
    Encore de l’administration en plus. Pauvre médecine ! Que va-t-on encore nous pondre en plus…
    Docteur RIMEE Philippe Tilff

  • Laurent YOMET

    19 Avril 2018

    C 'est un poisson d'avril ou pas ?
    10 années d'étude pour en arriver là.
    Avec la bénédiction des syndicats médicaux et de l' Ordre des Médecins , je suppose ?
    C'est LAMENTABLE.
    Dr YOMET Laurent.
    1 5 5258 39004.