Les dentistes francophones démentent les chiffres de la députée N-VA Van Camp

Les pourcentages d'enfants qui rendent visite au dentiste au moins une fois par an exposés vendredi sur Radio 1 (VRT) par la députée Yoleen Van Camp (N-VA) sont erronés. Les chiffres officiels issus de l'Agence InterMutualiste montrent que les proportions sont bien plus élevées que ce qu'affirme la parlementaire, réagit la Société de médecine dentaire (SMD), l'association dentaire belge francophone.

Ce n'est pas la première fois que la nationaliste flamande Yoleen Van Camp (N-VA) déplore le trop faible pourcentage de visites annuelles chez le dentiste pour les enfants, alors que les soins dentaires sont gratuits jusqu'au 18e anniversaire. Mais Mme Van Camp pointe surtout les Bruxellois et les Wallons en l a matière, et plaide pour une défédéralisation des soins de santé.

D'après les chiffres qu'elle a avancés vendredi matin, à peine 25% des enfants en Flandre, 16% en Wallonie et 11% à Bruxelles font examiner leurs dents chaque année chez le dentiste.

Or les chiffres les plus récents de l'Agence InterMutualiste, qui remontent à 2016 et sont publiés sur son site internet (http://atlas.aim-ima.be/base-de-donnees), sont les suivants: 70,5% en Région flamande, 61,6% en Région wallonne et 58,5% en région Bruxelles-Capitale. Il s'agit des pourcentages d'enfants de 5 à 14 ans qui ont eu au moins deux contacts avec le dentiste sur une période de trois années civiles consécutives.

Ces dernières années, on constate une nette évolution à la hausse dans les trois Régions, souligne la SMD.

Les tweets de Yoleen Van Camp publiés ce vendredi, dans lesquelles elle défend une nouvelle réforme de l'Etat en matière de soins de santé, montrent que la députée "est entrée en campagne électorale et va faire de la scission de la sécurité sociale une de ses revendications électorales. Et flatte une certaine opinion publique flamande en laissant croire que cette scission sera génératrice d'économies. Ce point également n'est pas fondé, puisqu'il n'apparait dans aucun chiffre de l'Inami que les dépenses en santé dentaire seraient plus importantes dans la partie francophone du pays. Que du contraire", conclut l'association.

Lire aussi :

La visite annuelle de l'enfant chez le dentiste négligée par trop de parents

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.