Comunicare: le patient et le spécialiste mieux connectés

L’application mobile et la plateforme de communication entre patients et soignants dans le cadre de maladies chroniques ont déjà séduit le CHU de Liège, le CHU Saint-Pierre et le Chirec.

Un projet belge porté par Alfred Attipoe, docteur en informatique, spécialiste de la gestion de connaissances et des algorithmes de décision, bénéficie d’une véritable écoute dans le monde médical: Comunicare, un projet de la société Xelink. Le projet vise à concevoir une application pour appareils mobiles, ainsi qu’une plateforme de communication entre patients et soignants dans le cadre des maladies chroniques, en particulier le cancer pour le premier cas d’usage.

Le projet a déjà séduit trois hôpitaux du côté francophone: le CHU de Liège, le CHU Saint-Pierre et le Chirec. «Cette solution ne vise pas uniquement le patient mais s'intéresse également au proche aidant. Grâce à l'application, le patient retrouve à son domicile ce qu'on lui a dit en consultation», explique  Alfred Attipoe. «Le patient a besoin de comprendre, s’impliquer et conserver une qualité de vie. L’hôpital aussi doit s’adapter: continuité des soins à domicile, contrôle des coûts, accréditation... Concrètement, le parcours de soins est schématisé selon une ligne du temps avec des informations personnalisées (connaissances pratiques sur le traitement, recommandations pour la vie quotidienne, des capsules vidéo didactiques, l’agenda des séances et des rendez-vous, les  médicaments et des outils pour une meilleure adhésion au traitement).»

Le ressenti du patient

Pour Alfred Attipoe, la force de son projet est «d'améliorer le suivi du patient avec des outils plus facile à gérer et surtout qu’il puisse mieux transmettre son ressenti à l'équipe médicale». Ce type de projet existe déjà de l’autre côté de l’Atlantique. «Aux USA, on a montré qu'une telle application a permis d'augmenter la durée de vie de 26 à 32 mois. Actuellement, on finalise les interconnexions avec les 3 hôpitaux: notre projet a convaincu les hôpitaux parce qu'ils se rendent compte que l'on pense au patient avant tout.»

Ce projet est soutenu par les médecins: «Il y a beaucoup de médecins qui adhèrent à l'idée. Au début, ils avaient peur que cela alourdisse leur travail mais ils ont compris que c'était un atout. En plus, c'est sans coût pour le patient

Une connexion avec le dossier patient hospitalier 

A l’hôpital justement, certains médecins – comme le Dr Liebens à Saint-Pierre, le Dr Coucke au CHU de Liège et le Dr Goldschmidt, chirurgien et responsable de l'information médicale au Chirec – ont marqué un intérêt pour le projet. «Alfred Attipoe a travaillé comme consultant au Chirec. Je l'ai poussé à développer son projet pour les sénologues, les oncologues et les radiothérapeutes. Le projet n'a pas encore été lancé chez nous. On sera parmi les premiers avec le CHU de Liège et Saint Pierre. S'il y a aujourd'hui sur le marché plusieurs solutions de dossier patient, aucune n'a une connexion avec le dossier patient hospitalier. Je tenais à cette connexion avec le DPI. Alfred Attipoe a été en contact avec Xperthis, et les médecins et les patients vont pouvoir améliorer leur communication réciproque et bilatérale. C'est une première belge francophone. Il existe déjà ce type d'application dans certains hôpitaux américains. Pour les patients lourds, ce sera un atout. On commencera chez nous par les cancers du sein et de la prostate. On pensera aussi évidemment à la gériatrie.»

Comunicare devrait pouvoir fonctionner dans les premiers mois de 2018. On trouve déjà l'application en téléchargement gratuit sur Apple store et Google Play.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.