Testing à Bruxelles : « de la bonne volonté, mais le qui-fera-quoi reste à préciser » (FAMGB)

Les réunions avec les autorités bruxelloises pour la montée en puissance du dépistage du covid-19 s’enchaînent, rapporte Michel De Volder. Pour le président de la Fédération des associations de MG de la capitale (FAMGB), le rôle de ceux-ci n’est pas d’assumer du testing à large échelle de citoyens asymptomatiques.

A l’issue d’une concertation avec la Cocom, les représentants des hôpitaux et des cercles, le ministre de la Santé bruxellois Alain Maron a exprimé la volonté de (plus que) doubler la capacité de testing locale d’ici à la rentrée. « On part tous des mêmes constats, mais il reste à clarifier les rôles, le qui-fera-quoi, entre la Région, les hôpitaux, les MG…  C’est compliqué, et l’imbroglio institutionnel n’aide pas », indique le Dr De Volder.

« Il y a de la bonne volonté, mais alors que les hôpitaux, les cabinets, les maisons médicales… ont repris une activité qui tend vers la normale, c’est dur de les responsabiliser pour du testing à large échelle, voire du tri, en plus du reste. La période des vacances n’arrange rien, certains médecins étant en congés. De plus, la population à cibler n’est pas la même qu’en mars. Ce sont davantage des jeunes adultes, groupe qui n’a pas forcément de médecin traitant… »

Bref, le chemin à emprunter pour atteindre ce graal du doublement des tests quotidiens reste largement à définir. « La réflexion se poursuit, comme la résolution des aspects logistiques (au niveau du matériel disponible) ou informatiques (pour le référencement des personnes testées). Plusieurs pistes sont sur la table, malléables, combinables… Les hôpitaux en sont une. La médecine générale devra dire dans quelle mesure elle va participer à la montée en puissance. Pas évident de se positionner, car on ne sait pas à quels besoins, exactement, on sera confronté ces prochains temps. »

En tout cas, le message principal que la FAMGB répète aux autorités est que le dépistage de masse des patients non symptomatiques - « ceux qui reviennent de zones à risque, les membres d’une collectivité où un cas a été identifié… » - est bien sûr nécessaire mais ne doit pas être du ressort des médecins traitants. « Il faut imaginer une autre filière, élargir le recrutement à du personnel de santé non-médecin… Avoir les moyens financiers, aussi, de le mobiliser. »  Les MG, par contre, rempliront leur fonction auprès des patients symptomatiques et dans le suivi des cas avérés. 

Lire aussi :

Centre(s) de testing MG à Bruxelles : le Dr Michel De Volder tempère les affirmations de Philippe Close

Maron veut augmenter les capacités de testing de la Région bruxelloise de 69%

Covid-19 : passer à 5.000 tests par jour à Bruxelles d’ici début septembre

Des centres de tests saturés à Bruxelles, où l'on organise une augmentation de capacité

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Vladimir Arianoff

    01 aout 2020

    Quand comprendrez-vous que le Test RT-PCR, d' l'avis de son concepteur lui-mêmen'estr pas spécifique du CoviD 19 ni d'aucun autre virus ou microbe, seulement à du matériel génétique quelconque. ; qu'il ne donne aucunre indication sur l'infzest indication sur la s"vérité

  • Soraya PEETERS-NASRI

    30 juillet 2020

    Depuis plusieurs semaines les infirmiers et infirmières en soins à domicile sont pour la plupart d'accord de participer au testing, certains ont déjà participé dans des centre de tri. Peut-être une piste .....