CIMACS « De nouvelles actions d’arrêt de travail pourraient être menées » ( Dr Tebbache)

Le Comité Interuniversitaire des Médecins Assistants Candicats Spécialistes (CIMACS) attire l’attention des médecins en formation : « Le nouveau contrat amène une perte de 10 jours de congés et le risque d’une hausse du nombre de jours de gardes » explique la nouvelle porte-parole du CIAMCS, Sérima Tebbache. Elle prévient que de nouvelles actions d’arrêt de travail pourraient être menées 

Dans les hôpitaux, sur les réseaux sociaux, les médecins assistants en formation ne cachent pas leur mécontentement depuis quelques semaines. Ils découvrent concrètement l’impact de la nouvelle convention collective de travail dans leur quotidien à l’hôpital. Ils sont fortement déçus parce qu’ils ont notamment perdu plusieurs jours de congés avec ce nouveau contrat. 
La nouvelle porte-parole du CIMACS, la Dr Sérima Tebbache confirme que plusieurs pierres d’achoppement ont été constatées : « La baisse du nombre de jours de congés est le problème qui agace le plus les médecins en formation aujourd’hui. Dans la nouvelle convention de travail, il ne reste que 20 jours de congés par an....Auparavant, dans la convention avec les hôpitaux, les MACS pouvaient compter sur 30 jours par an. Nous nous retrouvons donc avec un tiers de jours de congés en moins. Nous rappelons que les 20 jours de congés légaux sont prévus pour un temps plein de 38 heures. Pour notre part, nous en faisons déjà 48 h. »
La convention n’atteint donc pas son but de protéger mieux les MACS : « En effet, ce n’est pas le cas. Nous travaillons beaucoup et nous avons besoin de ces jours de congés pour récupérer. »
La question des gardes
La Dr Sérima Tebbache craint que d’autres aspects de la nouvelle convention ne résiste pas à la réalité du terrain : « Dans la nouvelle convention, il n’y a plus de nombres maximum de gardes par mois à faire comme cela existait dans notre contrat précédent. Nous pourrions donc nous retrouver à devoir faire plus de gardes qu’avant. Nous avions déjà attiré l’attention des autorités sur cet aspect en juin dernier. »
Elle reconnaît que les esprits s’échauffent : « Certains MACS demandent que l’on refasse grève rapidement. Déjà dès le 1er octobre. Nous n’allons sans doute pas commencer directement par une grève, mais nous allons mettre en place des actions pour montrer notre désaccord. Nous envisageons la possibilité d’arrêts de travail d’une heure comme en mai dernier...ou nous associer à l’action des infirmières qui aura lieu dans les prochaines semaines. Il y aurait une cohérence à unir nos forces avec elles. En effet, le problème de fond est le même : le manque de financement des soins de santé et la baisse de la qualité des soins. »

Par ailleurs, le CIMACS invite les MACS à ne pas signer l’opting out (cet avenant au contrat qui augmente la limite de travail de 48 à 60h/semaine en moyenne) afin de faire pression sur les hôpitaux et les politiques.
Les discussions au CIMACS vont se poursuivre dans les prochains jours afin de dégager les pistes d’actions.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Adrien RAMBOUX

    13 septembre 2021

    Un assistant parfaitement payé, 8 à 10 000 € /mois brut , 8h de travail /j , des vrais recup de garde , 30 jours de congés par an …
    C’est la suisse : j’ai connu cela il y a plus de 25 ans .
    C’est aussi une formation jusqu’à au moins 40 ans et … , l’impossibilité d’être autonome plus rapidement ni d’être connu ou reconnu .
    Mais …
    Pourquoi pas si il y a un financement tout au moins pour l’université. C’est finalement tres securisant pour l’assistant aîné ou le chef de clinique . Quant à la gratification je ne sais pas .
    Une certitude :
    la périphérie ne suivra pas et les places de stage seront fortement limitées car le financement en périphérie est directement un prélèvement sur l’honoraire . Le risque est que la périphérie abandonne définitivement sa compétence en maîtrise de stage . A suivre…

  • Marc PETIT

    13 septembre 2021

    Bonjour,

    Je crains que de nombreux services se retournent vers d'autres solutions telles que l'engagement d'infirmières qualifiées.

    Toutes les charges supplémentaires liées à la modification de la législation ( et je n'émets aucun jugement de valeur sur le bienfondé ou la pertinence de celle-ci) ont tout simplement été créditées à charge des médecins.
    Connaissez-vous une organisation dont les cadres accepteraient une augmentation de >30 à 40% instantanément sans concertation et unilatéralement afin de former des apprentis?

    Je pense que de nombreux centres de formations risquent de fermer leurs portes à l'enseignement académique de ces jeunes personnes, qui seront nos soignants prochainement, si aucun effort pour aider les équipes.

    Marc Petit

  • Vincent ROBERT

    13 septembre 2021

    20 jours de congé, plus 10 jours fériés légaux, plus 10 jours de congés scientifiques ( ou 1/2 journée par semaine). C’est bien plus que moi à 58 ans. Et, faire plus de gardes? Au prix où elles seront payées, nous pensons plutôt à prendre moins d’assistants (et je rappelle que, hormis dans les hôpitaux universitaires, ce sont les médecins qui supportent le coût des assistants ; de plus, nos gardes à nous, les cadres, ne sont pas payées du tout). Alors, halte aux abus, bien d’accord, mais il faut raison garder. Les nouveaux assistants travaillent 48h, les anciens, au moins 72. Ce n’est pas pour dire que c’est mieux, mais, à voir les calculs qui sont faits, il faudrait peut-être rallonger les formations de 50%….