L'UZ Brussel contraint de diriger de jeunes patients vers l'Huderf

L'hôpital universitaire UZ Brussel, à Jette, souffre d'un manque de personnel et ne dispose plus que d'un pédiatre oncologue. Il doit donc envoyer de nouveaux jeunes patients atteints d'un cancer vers l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola (Huderf), selon une information de Bruzz, dont Belga a pu obtenir confirmation.

Le service d'oncologie pédiatrique de l'UZ Brussel n'est ni fermé ni supprimé mais les nouveaux patients sont orientés ailleurs en raison d'un manque de personnel qualifié actuellement. Il s'agit néanmoins d'une mesure temporaire, une solution est en cours d'élaboration.

"Le problème est qu'il manque un pédiatre oncologue. Normalement, il devrait y en avoir deux. Mais ces spécialistes sont peu nombreux et difficiles à trouver. Les admissions de jour et les consultations régulières se poursuivent, mais pour les admissions longues, les patients sont renvoyés vers l'Hôpital Universitaire des Enfants ou vers l'UZ de Gand", a expliqué Edgard Eeckman, porte-parole de l'UZ Brussel. "Chaque année, environ 25 nouveaux patients arrivent en oncologie pédiatrique chez nous".

Cette mesure temporaire durera probablement deux ans. L'UZ Brussel a recruté deux candidats spécialistes du cancer chez l'enfant mais la formation pour devenir pédiatre oncologue prend deux ans.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Vladimir Arianoff

    05 juin 2020

    la rétention d'information conduit immanquablement aux suspicions les plus graves. Que le gouvernement belge n'adopte pas un point de vue totalitaire et paternaliste de ses citoyens. S'il y a eut des erreurs, au moins nous saurons quoi. mais les responsables doivent constitutionnellement répondre