Changement de présidence chez beMedTech

Lors de l'Assemblée générale du 15 mai 2018, la nouvelle composition du Conseil d'Administration de beMedTech, la fédération belge de l’industrie des technologies médicales, a été approuvée.

Par la suite, le vendredi 22 juin, le nouveau Comité de Direction a été élu lors de la première réunion du nouveau Conseil d'administration. Paul Soenen de Medtronic Belgique, qui assurait la présidence de beMedTech depuis 12 ans en tant que président du conseil d'administration, n'a pas renouvelé sa candidature en tant que président. Annick  de Johnson & Johnson Medical reprend le flambeau de la présidence de M. Soenen.

La nouvelle présidente veux poursuivre le processus de transformation interne de la fédération initié sous la présidence de Paul Soenen. " Vers le monde extérieur, la priorité est de poursuivre dans une démarche plus transversale et de veiller à la prise en compte de tous les gains d'efficacité que nous apportons avec nos solutions. Ceci est en accord avec le concept de soins basés sur la valeur, où l’on prend en compte non seulement le prix des produits, mais également tous les coûts associés à la réalisation d'un objectif spécifique. La mise en œuvre des soins basés sur la valeur en Belgique, et dans les marchés publics en particulier, constitue un défi. " déclare t-elle. Et de rajouter : «Par ailleurs, nos solutions deviennent de plus en plus diversifiées, ce qui signifie un enrichissement énorme pour le patient. Auparavant, nous offrions des simples dispositifs médicaux, alors que nous évoluons de plus en plus vers des solutions combinant des dispositifs médicaux et des applications, des services, des algorithmes,..."

D’autre part, la transformation numérique bat son plein. "Nous devons en être acteur, pas qu’observateurs." explique t-elle. L'intelligence artificielle par exemple permet déjà d’obtenir de meilleurs résultats pour la détection des mélanomes que les médecins qualifiés. L'IA pourrait également être introduite dans la partie thérapeutique demain. Personne ne peut prédire à quoi ressemblera la médecine de demain, mais nous savons que le changement sera rapide. " Il nous appartient d'exploiter le potentiel qu'offrent ces nouvelles technologies"

beMedTech veut contribuer de façon responsable tant à la qualité des soins aux patients qu’à la pérennité du système de soins de santé. Je m’inscris totalement dans cet objectif ", poursuit Annick De Keyzer. " Je veux contribuer à une réflexion plus transversale avec une attention soutenue pour tous les gains d'efficacité possibles dans les structures de soins. C'est une nécessité absolue. Si nous continuons à regarder à partir de silos budgétaires sans tenir compte des gains d'efficacité, tel que l'hospitalisation plus courte et un retour plus rapide au travail, je crains que de plus en plus de traitements novateurs seront indisponibles en Belgique. "

C'est ainsi qu'elle salue le projet de l’INAMI, en collaboration avec Maggie De Block, qui prévoit d’approcher 2 traitements de façon transversale dans le cadre du Pacte Technologies Médicales .Il s’agit du remplacement des stimulateurs cardiaques dans un hôpital de jour et l'utilisation de thrombectomie mécanique.

"J’espère que ce projet aboutira et que ces exemples seront utilisés pour changer la façon dont on évalue les technologies." conclu la nouvelle présidente de beMedTech.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.