L’arrondi : le surréalisme n’est pas mort (J. de Toeuf)

A partir du 1er décembre 2019 vous aurez l'obligation de pratiquer l’arrondi de la somme totale à payer. Les administrations travaillant en silos bien ordonnés, ont donc rédigé leur Vademecum selon une admirable logique administrative. Les complications ajoutées au travail quotidien des prestataires de soins leur sont indifférentes.

Vous avez été informé de l’obligation, au 1er décembre 2019, de pratiquer l’arrondi de la somme totale à payer, pour tout paiement en espèces. Pour les paiements par carte de débit/crédit en présence physique de votre patient et de vous-même, vous pouvez choisir de pratiquer l’arrondi, mais cela doit être pour tous les paiements, et pas au cas par cas. Bien que l’opération « arrondi » vise à supprimer l’usage des petites pièces rouges, trop chères, paraît-il, à produire, sachez cependant que les pièces de 1 et 2 cents restent en vigueur et que vous ne pouvez en refuser l’usage par vos patients, qui peuvent donc honorer le dit arrondi en pièces de 1 centime.

Les documents explicatifs sont disponibles sur les sites des administrations INAMI et SPF Finances. Soyez prudents : plusieurs situations peuvent se présenter où la mention simultanée du montant de départ et celui de l’arrondi est obligatoire, que ce soit sur l’attestation de soins ou sur l’éventuel document justificatif. 

Cerise sur le gâteau, si vous pratiquez l’arrondi pour les paiements par carte de débit/crédit, vous devez placer une affiche dans votre cabinet, informant les patients de ce que « Le montant total à payer est toujours arrondi » - ceci n’est pas une obligation si vous ne pratiquez l’arrondi que pour les paiements en cash. L’administration n’est pas allée jusqu’à déterminer l’emplacement précis de cette nouvelle affiche par rapport à celui attribué à votre diplôme, votre agrément, votre statut de médecin (non)conventionné…

Or donc, les administrations travaillant en silos bien ordonnés, ont rédigé leur Vademecum selon une admirable logique administrative. Les complications ajoutées au travail quotidien des prestataires de soins leur sont indifférentes. La coordination post hoc en un texte commun INAMI-SPF Finances révèle l’absurdité des règles. Le SPF Finances doit garantir le paiement de l’impôt : c’est le cas par la mention du montant arrondi perçu. L’INAMI ne voit aucune incompatibilité de l‘arrondi vers le haut avec le respect des règles conventionnelles. Alors, pourquoi la double mention ? Pour informer le patient, qui comme chacun sait épluche sa facture au moindre centime près ?

Tout ce bordel pour ça : un ou deux centimes en pus ou en moins, et en contrepartie deux mentions de montants, une mention MAF, et un affichage de plus à l’heure du passage au tout électronique …. 

J’ai raté quelque chose ?

Lire aussi : Arrondir les montants : ce que cela va changer pour les médecins (INAMI)

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Dominique NARCISSE

    01 décembre 2019

    Pour chaque ASD ou e-attest payé en cash , on devra demander 26,27 -> 26,25 € pour un MG agréé accrédité. Les autres commerçants se feront une moyenne mais nous c’est une perte ! Un recul de 0,02 € par patient AO. Et mettre des affiches sur les lois : zut !