Un "smog de printemps" causé par une grande quantité de particules secondaires dans l'air

Les concentrations de particules en Belgique sont actuellement à un niveau relativement élevé, en raison de la formation de particules secondaires inorganiques. Celles-ci sont la conséquence d'une réaction entre l'oxyde d'azote résultant du trafic et l'ammoniac qui provient de l'agriculture.

Les particules primaires sont celles émises directement, par exemple par les moteurs diesel, tandis que les secondaires sont formées par des réactions dans l'atmosphère, explique Frans Fierens de la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine).

Dans la situation actuelle, la réaction a entraîné la formation de nitrate d'ammonium.

"De nombreux champs sont encore couverts d'engrais, il y a donc plus d'ammoniac dans l'air qu'à d'autres périodes de l'année", poursuit M. Fierens. "C'est un phénomène récurrent, comme le smog d'hiver ou d'été. Le smog de printemps est lui favorisé par des journées chaudes et ensoleillées. Les niveaux de concentrations devraient rapidement retomber dans la nuit et les prochains jours."

Bien qu'elles soient moins dangereuses pour la santé que les particules issues de combustibles, les secondaires ne sont pas pour autant inoffensives, précise l'expert. Pour réduire l'ampleur du phénomène, il faudrait durablement diminuer les quantités d'ammoniac - qui provient à 90% de l'agriculture -, d'oxyde d'azote et de dioxyde de soufre dans l'air, préconise-t-il.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.