Quelles sont les chances d’un accord médico-mut d’ici à la fin de l’année ?

Noël approche et si l’on veut un accord médico-mutualiste d’ici à la fin de l’année, les semaines sont comptées. Les chances d’aboutir à un accord sont-elles réelles ? Le Spécialiste a pris le pouls des deux syndicats qui les représentent.

 « Sur bonne voie mais… » (Absym)

La semaine dernière, malgré l’incident autour des suppléments d’honoraires dans les chambres particulières et la réaction assez virulente de Marc Moens, président de l’Absym, celui-ci avait souligné que son syndicat « contribuait toutefois de manière constructive à la mise en pratique de l’accord médico-mutualiste du 27 mars 2017 et que pour y arriver, en parallèle avec la médico-mut, elle se concerte également avec le secteur hospitalier ».

A la sortie de la médico-mut ce lundi, Jacques de Toeuf, vice-président de l’Absym, allait dans le même sens et affirmait que l’on était donc dans la bonne direction pour la confection d’un accord médico-mutualiste. 

« La seule chose qui pourrait bloquer serait qu’il n’y ait pas de corrections suffisantes au projet ‘soins à basse variabilité’ sur les suppléments d’honoraires. Au stade actuel, avec les corrections proposées, il n’y aurait plus que 10% des hôpitaux qui perdraient quelque-chose dans leurs suppléments. Mais c’est plus une question de principe car il n’est pas correct d’aller détricoter quelque-chose dont tout le monde a besoin », ajoutait toutefois le Dr de Toeuf.

« Pas d’obstacle majeur, mais pas encore gagné » (MoDeS)

Quant au Dr Nicolas Berg, co-président de MoDeS, l’aile ‘spécialistes’ du Cartel, il se veut prudent et insiste sur le fait qu'un climat de confiance est nécessaire pour pouvoir conclure un accord.

« Quand on fait le bilan de ce qui devrait avoir été réalisé à ce jour, il reste toutefois encore une série d’éléments où l’on attend de voir dans le chef de la ministre De Block ce qui va bouger ou non, et nous sommes toujours face à un certain nombre d’incertitudes », souligne le Dr Berg.

« Pour nous, il n’y a pas de blocage majeur sur un dossier bien précis, mais ce n'est pas encore gagné. Nous voudrions être sûrs que tout ira bien jusqu’au bout. Et parallèlement, nous attendons aussi de voir ce que vont donner les discussions budgétaires  Sans faire de crispation sur un point bien particulier, il faut que l’on ait le sentiment que ce que l’on proposera sera accepté par la ministre (opportunité de limiter le remboursement de certaines analyses répétitives de biologie clinique, de certaines prestations d'imagerie, de stomato, …). », poursuit le co-président de MoDeS.

On entre donc maintenant dans la dernière ligne droite de la négociation. Si les partenaires veulent aboutir à un accord pour la fin de l’année, il faut que les textes soient prêts pour le dernier Comité de l’assurance et le dernier Conseil général de l’année. Une nouvelle médico-mut est donc prévue la semaine prochaine.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.