Des webcams en néonatologie : une première belge à l’UZ Brussel

Pour les parents d’un enfant né prématuré, il est souvent déchirant de devoir s’en séparer lorsqu’ils rentrent chez eux. L’UZ Brussel a décidé de mettre un terme à cette séparation entre l’enfant et ses parents grâce à la pose d’une webcam à chaque petit lit du NIC et du N*. Une première belge qui ravit non seulement les parents, mais aussi les grands-parents !

“Depuis que nous avons commencé à offrir une webcam, chaque parent a accepté cette offre. Lorsqu’ils rentrent chez eux, ils se font souvent des soucis et se demandent si leur enfant va bien. Grâce à la webcam, ils peuvent se loguer, via un site sécurisé, aussi bien sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone, afin de voir leur enfant en permanence lorsqu’il est dans la couveuse. Et quand leur enfant sort de la couveuse pour les soins, ils reçoivent un message à l’écran que ce sont les soins. Les parents qui souhaitent toutefois obtenir des informations sur l’état de leur enfant peuvent toujours téléphoner aux infirmiers du service. Quant à l’écran du moniteur et à l’alarme, ils ne sont pas visibles via la webcam afin de ne pas inquiéter inutilement les parents,” explique le Pr Filip Cools, chef du service de néonatologie de l’UZ Brussel. “Les parents qui le souhaitent peuvent transmettre leur code aux grands-parents et à la famille afin qu’ils puissent aussi suivre la croissance et l’évolution du bébé à distance.”

Les parents et surtout les grands-parents ravis de la webcam

Outre les parents, les frères et les sœurs, ce sont surtout aussi les grands-parents et la famille qui sont ravis des webcams. Accompagnés d’un parent, ils peuvent toujours venir en visite, mais brièvement, et sans toucher le bébé afin de limiter le risque d’infection de ces petits bébés souvent très fragiles, souligne l'institution.

Etablir un lien avec un enfant né trop tôt est essentiel pour les parents et cela profite aussi au développement de l’enfant. D’où, les parents sont aussi impliqués activement dans les soins qui sont axés sur la stimulation du développement du bébé aux niveaux physique, émotionnel et social et sur la réduction du stress, notamment via le peau à peau. 

Possible grâce à la collecte de fonds et aux firmes

Il s’agit d’un investissement d’environ 85.000 euros au total, dont la moitié est supportée par Natus, le fabricant des webcams. La firme Acertys, qui a assuré gratuitement l’installation et le développement de la plateforme web sécurisée a apporté une sérieuse contribution. En outre, une collecte de fonds a aussi permis de récolter un montant considérable. Ainsi, le Lion’s Club de Jette a organisé une soirée fromage et vins, à l’initiative d’un collaborateur de l’UZ Brussel. Cette soirée a rapporté pas moins de 5.500 euros. Ils se sont engagés à collecter au total 25.000 euros pour ce projet.

Pour payer le montant restant de la facture, l’UZ Brussel compte encore sur une série de donateurs, car des projets tels que celui-ci ne peuvent voir le jour que grâce à des moyens venant de l’extérieur vu que le financement de l’hôpital en lui-même ne le permet pas.

Vous souhaitez faire un don ? Vous pouvez le faire en virant de l’argent sur le compte BE75 3630 9458 5851 avec la mention “Webcams Néonatologie”.

Lire aussi : Des caméras pour le suivi médical des bébés prématurés

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.