La Clinique du poids junior se battra pour le remboursement de la chirurgie bariatrique pour les ados

En Belgique, la chirurgie de l’obésité n’est toujours pas remboursée chez les mineurs d’âge. Or, le surpoids et l’obésité sont des fléaux qui ne font que s’accentuer et en cas d’obésité morbide chez les jeunes, il ressort de la littérature que la chirurgie offre de très bons résultats. C’est pourquoi le Pr Henri Steyaert a décidé de mettre sur pied une ‘clinique du poids junior’ à l’Huderf, qui pourrait constituer un premier pas vers un remboursement.

En Belgique, selon les derniers chiffres disponibles pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, avec une répartition par province, qui datent de 2012, plus d’un enfant sur cinq en 2e primaire était en surpoids (obésité comprise) (21,2%) et un sur dix était déjà obèse (10,1%) ! Dans la Capitale, on bat tous les records avec 25,4% d’enfants de 2e primaire en surpoids (obésité comprise) et 13% d’enfants du même âge obèses la même année.

Le Pr Henri Steyaert, chef du service de chirurgie pédiatrique de l’Huderf, a travaillé comme chirurgien pédiatre en France pendant vingt ans, où depuis longtemps, des structures de prise en charge de l’obésité de l’enfant ont été montées par obligation. « En effet, dans chaque région de France, les chirurgiens qui font de la chirurgie de l’obésité morbide sont obligés de s’inclure dans un groupe qui est piloté, le plus souvent, par un hôpital universitaire et qui comporte une partie pédiatrique. C’est obligatoire », commente le Dr Steyaert.

Collaboration avec la ‘Clinique du poids idéal’

 « Quand je suis arrivé ici, j’ai donc voulu faire un peu la même chose à l’Huderf et à Saint-Pierre », relate Henri Steyaert. « Toutefois, je me suis heurté à un problème de taille, à savoir le non-remboursement de la chirurgie bariatrique chez les moins de 18 ans et à une forte réticence des pédiatres et anesthésistes. Dès lors, nous avons décidé de reprendre les choses par l’autre côté et de d’abord monter une ‘clinique du poids junior’, qui est un peu calquée sur le système de prise en charge français et canadien, et de l’allier à la fin de l’adolescence, pour des consultations de transition, à la ‘clinique du poids idéal’, qui existe déjà au CHU Saint-Pierre depuis des années. »

Dès lors, l’accord entre les deux équipes est le suivant : l’équipe du Pr Cadière à Saint-Pierre réfère tous les patients de moins de 18 ans à la clinique du poids junior de l’Huderf et une fois que les patients seront majeurs, ils seront retransférés à la clinique du poids idéal à Saint-Pierre.

C’est dans cette optique que la ‘clinique du poids junior’ a été montée peu à peu depuis 5 ans et a officiellement été inaugurée il y a quelques semaines. Et c’est avec un projet solide que nous détaillons dans notre prochain numéro papier du Spécialiste que le Pr Steyaert se rendra prochainement à l’Inami pour tenter d’obtenir le remboursement de la chirurgie bariatrique chez les adolescents dans un cadre très strict.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Dominique BECKERS

    05 Janvier 2018

    J'aimerais vous informer que dans toutes les cliniques universitaires et beaucoup d'autres universitaires, il y a déjà depuis plus de 10 ans des cliniques du poids avec prise en charge multidisciplinaire pour les moins de 18 ans via les pédiatres. Certains patients de moins de 18 ans ont déjà eu une chirurgie bariatrique avant 18 ans, parfois remboursée, mais la plupart du temps non remboursée. Le BASO groupe obésité pédiatrique travaille pour une database de ces ados en Belgique et in fine obtenir un remboursement dans certaines indications. Il n'y a donc rien de nouveau dans cette prise en charge dont vous parlez mais il est bon de rappelé la problématique...Bien à vous Dr.D.BEckers pédaitre endocrinologue CHU UCL Namur