Téléconsultation en Belgique : l'ABSyM ouvre la réflexion.

En France depuis le 15 septembre, le monde médical a officiellement basculé dans la téléconsultation avec des consultations à distance remboursées comme des consultations classiques. Pour le patient, le prix d’un acte médical varie en fonction de la spécialité entre 23 et près de 60 euros. Il est prévu suivant les cas, une prise en charge à 70% par la Sécurité sociale et à 30% par les assurances complémentaires. Dans sa lutte pour rendre les soins de santé plus accessible, le gouvernement français espère 500.000 actes en 2019. Après une demande de rendez-vous classique à son médecin, le patient recevra la possibilité de se connecter via une application sécurisée. Enfin, pour les patients qui n’auraient pas les outils technologiques pour assister à une telle consultation, il est prévu qu’ils bénéficient d’une aide d’un professionnel de santé à domicile ou qu’ils puissent se rendre chez un autre professionnel à proximité de leur domicile voire même dans des cabines de téléconsultation.

Chez nous, les acteurs réfléchissent aussi beaucoup au développement de la téléconsultation. En Flandre, Domus Medica et Vividoctor, ont lancé un projet-pilote afin de montrer les atouts de ce nouveau type d’acte médical notamment pour les patients chroniques. Une dizaine de médecins vont participer au projet dans le cadre d’une cinquantaine de téléconsultations.

« Ne pas travailler dans l'urgence »

Du côté francophone, la réflexion fait également son chemin notamment à l’Absym: « Dans un premier temps, mon idée est de limiter ce projet pour les patients polymédiqués pour plusieurs pathologies. Cette approche doit aussi permettre de fidéliser le patient à son médecin. C’est une proposition que je fais et qui ne s’applique pas dans le cadre d’une première consultation. La réflexion doit prendre en compte le juste prix d’un tel acte. On pourrait s'inspirer d' un avis mais avec une nomenclature évidemment supérieure au N2  » explique Jacques De Toeuf. Pour lui, dans ce dossier, la priorité est « de mettre en place un nouveau cadre réglementaire avec un arrêté royal et de ne pas oublier d'y intégrer la responsabilité médicale. Cet acte ne peut pas compter comme une consultation normale. A ce stade, on ne peut donner un prix, il convient de l'intégrer dans une réflexion globale avec l'Inami au niveau des réglementations».

Jacques de Toeuf rappelle que dans ce dossier, « il faut prendre le temps de construire un projet qui offre une plus-value à la relation médecin-patient. L’échange entre le médecin et le patient pourrait se produire avec une réponse dans les 24 à 48 heures avec une prise de rendez-vous. Il n'est pas sérieux de travailler dans l'urgence, cela pourrait amener des erreurs. Des balises devront être posées pour qu'il puisse travailler dans de bonnes conditions. De plus, le médecin devra rapporter cette rencontre virtuelle dans le dossier médical. A priori, ce serait un échange par vidéo mais on doit aussi tenir compte des patients qui ne sont pas équipés technologiquement ».

Deux sociétés belges

En Belgique, deux start-up sont attentives à l’évolution de la téléconsultation : ViViDoctor (virtual visit doctor) où le patient peut s’inscrire sur la plateforme sécurisée en ligne, est présent sur le terrain au travers de partenariats avec le CHU Liège (oncologie) ou encore le Sint Elisabeth Zottegem. L’autre start-up est Advelox, crée par le Dr Paul Wulleman, Interniste-pneumologue à l’hôpital de Braine-l’Alleud. Dans les prochains mois, nul doute que les projets pilotes vont poindre le bout de leur nez du côté francophone avec en toile de fond évidemment le débat sur la rémunération des médecins et le remboursement de la téléconsultation.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Paul WULLEMAN

    28 septembre 2018

    Au XXIe siècle, les systèmes de santé dont les objectifs visent à améliorer la santé de la population et prodiguer des soins de haute qualité font face à deux défis majeurs.

    Premier défi, les budgets de santé sont limités et les coûts de santé augmentent plus rapidement que la croissance du PIB. Cette contrainte financière pose plusieurs problèmes aux gouvernements, car elle impose la réallocation des ressources en faveur de la santé et au détriment d'autres domaines sociaux.

    Deuxième défi, la médecine évolue pour devenir plus continue au cours de la vie d'une personne et centrée sur celle-ci. L'émergence de cette tendance peut s'expliquer tout d'abord par la généralisation des maladies chroniques dans nos sociétés industrialisées modernes qui requiert un suivi continu pour assurer un traitement efficace. Le vieillissement de la population crée une demande de soins assidus et au long cours.

    ADVELOX© offre les réponses à ces défis en exploitant pleinement les technologies de l'information et de la communication (ICT) et en créant de nouveaux services de santé intelligents, sûrs et centrés sur le patient.
    Les ICT peuvent améliorer la prévention, le diagnostic, le traitement, le suivi et la gestion, au bénéfice de toute la communauté en améliorant l'accès et la qualité des soins et en rendant le secteur de la santé plus efficace.

    ADVELOX© s’inscrit dans une volonté d’améliorer la qualité des soins et de leur efficience, la réduction des coûts d'exploitation des services médicaux, la réduction des coûts administratifs et la création de nouveaux modes de soins.

    ADVELOX© développe plus de coordination entre les prestataires, améliore la prise en charge des patients, aide à surmonter les distances physiques entre les patients et les soignants et encourage les patients dans leur propres santé et bien-être.

    ADVELOX© place le patient au centre de la décision médicale et offre par cette entremise la possibilité d'acquérir une expertise considérable dans la prévention et la gestion des maladies, ainsi que la possibilité de rendre la santé plus abordable et d'accroître la satisfaction des patients.

    Docteur Paul WULLEMAN
    CMO ADVELOX©