L’e-santé: une des priorités de l’accord médico-mutualiste

Dans l’accord médico-mutualiste scellé ce 19 décembre, l’e-santé n’a pas été oubliée par les négociateurs. Elle y apparaît même comme l’un des points essentiels de l’accord. Celui-ci prévoit en effet un plan d’action fixant d’emblée différentes priorités.

 Ce plan d’action prévoit les priorités suivantes :

  • La création d’une plate-forme de concertation avec les fournisseurs de logiciels ;
  • L’introduction de la prescription électronique obligatoire de médicaments lors des consultations (sauf pour les médecins à partir d'un certain âge). « L’engagement est pris de généraliser ce système dans les plus brefs délais », commente l’Inami.
  • L’amélioration du soutien et des fonctions « helpdesk » ;
  • L’optimalisation de la continuité et de la disponibilité du système ;
  • L’analyse du logiciel des médecins spécialistes qui n'est pas intégré dans le dossier patient informatisé (DPI) de l'hôpital.

En outre, ce plan prévoit que la facturation électronique avec les mutualités sera possible dans le courant de 2018.  Ici aussi, l’accord prévoit un incitant financier pour promouvoir l'utilisation des e-services, qui s'élève à 2.500 euros maximum. 

 Lire aussi :

Les grandes lignes de l’accord médico-mut pour 2018-2019

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Claire LOUIS

    20 décembre 2017

    Auprès de qui peut-on obtenir des renseignements sur les différents logiciels ?
    Existe-t-il des études comparatives ?
    Certains ont-ils été conçus plus particulièrement pour les médecins spécialistes en pratique privée ?
    J'ai adressé divers mails (INAMI... ) sans recevoir de réponse...

  • Didier PIQUARD

    19 décembre 2017

    Il n'est pas apparemment prévu dans cet accord avec son volet e-Santé, ni même évoqué le problème de la e Health Box, "tombée" dans l'escarcelle de Hector de Corilus, logiciel de DMI, Ceci au hasard d'une négociation opaque digne d'un transfert de footballeur et messagerie qui sera devenue entre-temps payante pour le cochon de payeur de médecin. Où on lui reprend d'une main ce qu'on lui a donné d'une autre pour aboutir dans une troisième, privée et "gantée ou gandée" pour ne pas laisser d'empreintes. Que des questions soient posées et des réponses obtenues à cet égard, dans une négociation sansprécisément beaucoup d'égard pour les généralistes, et où les pouvoirs publics semblent avoir été particulièrement absents ou trop présents de façon occulte, semblent un souci d'une minimale trasparence.