Brotchi condamne De Block sur RTL TVI : « il faudra un jour supprimer les quotas »

Le manque de médecins nuira t-il encore plus à notre santé ? Tel était le thème du débat proposé ce matin par “C'est pas tous les jours dimanche" sur RTLTVi. 

A quelques mois des élections, l'annonce de la ministre de la santé, Maggie De Block de bloquer l'octroi des numéros INAMI surnuméraires aux francophones, était au coeur du débat sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" sur RTL TVI. Le neurochirurgien et président du Sénat MR, Jacques Brotchi a dit tout haut ce qu’il disait déjà tout bas depuis quelques temps : « Je ne suis pas d’accord avec Mme De Block, le filtre est bon à l’entrée ! Je m’opposerai à la ministre. Je ne suis pas d’accord avec la réduction des numéros Inami. » Pour lui, « sur les 1042 médecins qui ont réussi l’examen, 70 ne se sont pas inscrits en première année. On aura un taux de non réussite de 23% et on arrivera donc à 748 médecins. L’examen est un bon filtre. »

2200 médecins

Il rappelle que « le taux de réussite est le même du côté flamand que francophone. » Pour lui, « jusqu’il y a peu on orientait trop peu, du côté francophone, de médecin vers la médecine générale et maintenant on  arrive à un taux de 42%. Il y aura donc dans deux ans et demi 735 médecins généralistes supplémentaires. Cela ne suffira pas. En 2024, il y en aura 2200, cela va apporter du sang neuf par rapport aux médecins agés. »

Cette annonce est conforme aux attentes de Giovanni Briganti du Comité inter-universitaire des étudiants en médecine (CIUM) présent également sur le plateau du débat  : « C’est un gros pas en avant que Brotchi veuille supprimer les quotas. Ce sera intéressant pour une prochaine législature. On est content d’apprendre que le MR veut bien arrêter le numerus clausus. Cela pourrait amener la fin du numerus clausus avec une alliance PS-MR. »

Il est temps, selon lui, d’autant que « moins d’un médecin  sur deux qui partira à la retraite sera remplacé. C’est grave pour la santé de la population. On a pensé à sélectionner avant de penser de savoir si on avait assez de médecins ou non. »

Des filtres réactifs pour l’Absym

De son côté, la Dr Caroline Depuydt, Médecin Chef de Service HAS Fond'Roy,  qui représentait l’ABSYM au débat rappelle que l’on ne saura si « le filtre est efficace qu’en 2024, les paroles de Mme De Block sont prématurées. » Elle met les propos du Dr Brotchi en perspective : « Je ne crois pas que cela sera facile de supprimer les quotas au niveau du Parlement. Ce sera  difficile à faire accepter en Flandre en période préélectorale. Par contre, cela peut permettre de rouvrir le débat parce que c’est vrai que le calcul des quotas est serré et ils n’ont jamais prévu l’imprévu. Il serait bon d’apporter une certaine souplesse au système. Toutefois, il ne faut pas seulement ouvrir les vannes mais il faut répondre à ce problème de manière plurielle. Il faudrait un plan a court terme pour les étudiants qui terminent et un plan à long terme pour mettre en place une solution pérenne pour l’avenir des soins de santé. »

Elle ajoute : « A  l’Absym on n’est pas pour supprimer les quotas mais plutôt pour permettre de mettre en place des filtres réactifs pour mieux adapter les problèmes spécifiques de terrain. Le métier de médecin reste un métier plébiscité et il faut garder des filtres. » Pour elle, « les étudiants qui terminent doivent pouvoir aller au bout aujourd’hui, demain ou en 2024. Ces étudiants ont joué le jeu. Il n’y a aucune raison qu’il y  ait une double peine à leur encontre et c’est pour cela qu’il faut réfléchir. »

Du côté du Dr Wissam Bou Sleiman, Médecin  Chef et Directeur Médical Adjoint chez EpiCURA, l'annonce du Dr Brotchi ne suffira pas : « j'entends sa proposition mais le sujet est plus complexe sur le terrain. Il faut une vue plus macro. On a déjà eu des médecins qui viennent de Flandre parce qu'ils n'ont pas de places chez eux. Pour moi, le plus important pour un médecin, c'est son cursus. Aujourd'hui, il faut surtout s'intéresser aux spécialités qui sont en pénurie depuis longtemps. On fait déjà travailler des médecins au-delà de 70 ans parce qu'on n'a pas d'autres solutions.  » Enfin, il ajoute : « l'urgence est vraiment dans la mise en place d'un cadastre des spécialités et surtout des gens actifs dans chaque spécialisé. Sans oublier d'investir et de sensibiliser aux spécialités importantes pour l'avenir des soins de santé comme la gériatrie... »

Lisser mais pas résoudre pour Greoli

Enfin, Alda Greoli, ministre wallonne de la santé, n’est pas complètement rassurée à la fin du débat: « La proposition de M. Brotchi va lisser le problème, mais il ne va pas le résoudre. Mme De Block doit s’attaquer au vrai problème et surtout stopper la pénurie du côté francophone. La pyramide des âges n’est pas bonne du côté francophone. elle doit sortir de ses calculs théoriques pour venir sur le terrain et constater la réelle pénurie. Je lui ai lancé une invitation et elle n’y a pas répondu ! »

Maggie De Block a convoqué une conférence interministérielle extraordinaire de la santé pour ce lundi 11 février, en présence du président de la commission de planification de l'offre médicale de l'INAMI.

> (Re)voir le débat : cliquez ici (Emission du 10/02)

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.