You are here

Un test sanguin « belge » - détecteur de cancer - testé au Danemark

Mercredi 19 avril 2017

L'entreprise Belgian Volition, qui développe des kits permettant des détections de cancers à partir d'une goutte de sang, vient d'installer ses laboratoires au parc scientifique Créalys aux Isnes (Gembloux). La société qui existe depuis 7 ans, va pour la première fois tester ses produits dans le cadre d'une campagne nationale de dépistage du cancer colorectal, au Danemark, en 2018.

La particularité de ce système de détection grâce à une goutte de sang, est de pouvoir repérer le cancer très tôt chez le malade. "Le cancer colorectal est un cancer foudroyant qui emporte très vite les malades. Grâce au kit que nous avons mis en place, on peut augmenter l'espérance de vie des malades", a affirmé mardi le directeur général de Belgian Volition, Gaëtan Michel.

La société a emménagé dans ses nouveaux locaux namurois en mars dernier.

S'il faut compter au moins 20 ans généralement avant qu'un produit ne soit testé sur des patients, sept ans à peine après la genèse de l'entreprise, des patients vont pouvoir tester ce nouveau kit. "Au Danemark, en 2018, les médecins vont utiliser les kits pour détecter un éventuel cancer à partir de sang détecté dans les sels de patients âgés de 50 à 70 ans."

Grâce à l'agence wallonne à l'exportation et aux investissements à l'étranger (Awex), Belgian Volition va également lancer une filiale au Texas, aux États-Unis. "A terme, tous les cancers pourront être détectés de cette manière." poursuit Gaetan Michel, « Nous avons commencé par le cancer colorectal, 3e en importance. Mais notre technologie permet d’aller vers d’autres types de cancers comme ceux du poumon, de la prostate et du pancréas. Nous nous basons sur notre plateforme Nucleosomics, affinée à Namur. Elle nous a permis de développer de 20 à 25 biomarqueurs différents. Grâce à cette plateforme, nous détectons précocement des modifications sur les nucléosomes ."

"L'obstacle principal c'est l'accessibilité aux échantillons. Il faut qu'il y ait une étude sur un type de cancer donné pour que nous ayons une population suffisante sur laquelle tester notre kit", précise encore le directeur général. Le but final de l'entreprise est de permettre au patient de détecter son cancer avec une simple piqure au doigt chez le médecin.