You are here

Un Mapathon interuniversitaire pour aider à mieux cartographier la Sierra Leone

Jeudi 16 mars 2017

Le Comité national de géographie, en collaboration avec OpenStreetMap Belgium, organisent un second Mapathon Missing Maps national le samedi 25 mars prochain, afin d'aider Médecins Sans Frontières (MSF) et la Croix-Rouge à cartographier des régions en crise. Il se tiendra au sein de plusieurs universités à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il s'inscrit dans le cadre du Printemps des Sciences.

Médecins Sans Frontières et la Croix-Rouge ont lancé le projet Missing Maps en 2014 en collaboration avec la Fondation OpenStreetMap pour améliorer leurs actions et déplacements dans des régions isolées qui ne disposent pas de cartes préc ises. Des volontaires à travers le monde sont ainsi mobilisés pour cartographier des régions plus particulièrement touchées par des risques naturels, des épidémies ou des conflits. Pour cette édition, les participants peuvent s'inscrire via le site internet http://nationalmapathon.eventbrite.com. Toute personne peut se porter volontaire. Les participants sont guidés dans l'utilisation du logiciel qui permet, sur base d'images satellites, de référencer des maisons, des routes et des infrastructures.

Cette année l'évènement portera sur la Sierra Leone. Ce pays a les taux de mortalité infantile et maternelle parmi les plus élevés au monde. Le district de Kenema possède le taux de mortalité infantile le plus élevé, avec 224 enfants sur 1.000 naissances qui ne survivent pas à leur première année selon des données de 2013. MSF souhaite lancer un projet en juin d'une durée de quatre ans dans cette région, plus précisément dans les territoires isolés de Gorama Mende et Wandor. Il vise à réduire le taux de morbidité et de mortalité maternelle et infantile des enfants de moins de 5 ans, en soutenant les activités médica les incluses dans la politique nationale de soins de santé gratuits. Le système national de santé, qui était déjà dysfonctionnel, a été encore un peu plus affaibli avec l'épidémie d'Ebola, qui a coûté la vie à de nombreuses personnes parmi le personnel médical.

Le premier mapathon interuniversitaire, qui a eu lieu en avril 2016, a mobilisé plus de 200 personnes et a permis de cartographier plus de 50.000 bâtiments. Il s'agissait du premier réalisé à l'échelle nationale dans le monde. Plusieurs autres mapathons ont été organisés en Belgique de façon plus locale.