You are here

Trop (de lits) d’hôpitaux en Belgique? Oui, mais…

Dr Jacques Ninane - Mercredi 17 mai 2017
Dr Jacques Ninane

L’année 2017 voit dans notre pays une série de réformes sociales se mettre en place, voire se concrétiser. Celle du monde hospitalier n’échappe pas à la règle. Comme prévu, d’ici quelques années, les hôpitaux se verront amputés d’un quart de leurs lits. Probablement une bonne mesure, à condition qu’elle soit accompagnée.

Le professeur en économie de la santé à l’université de Gand, Lieven Annemans, qui fait autorité en la matière, partage cette analyse. Ne disait-il pas récemment: «Il ne fait aucun doute qu'aujourd'hui la Belgique compte trop de lits d'hôpital.» Les chiffres lui donnent raison: alors que le Danemark, un des leaders européens en matière de soins de santé, dispose d'une moyenne de 3,5 lits d'hôpital pour 1.000 habitants, notre pays en dénombre 6,6. Seuls 16 pays dans le monde en comptent davantage. Selon le professeur Annemans, il faut réduire le secteur hospitalier de 20%. La Belgique compte 15% d'hospitalisations en plus que la moyenne de l'Union européenne.

En lisant entre les lignes, il apparaît qu’un nombre non négligeable de personnes dans notre pays sont hospitalisées à tort et grèvent ainsi le budget des soins de santé.

N’existe-t-il aucune autre possibilité pour prendre ces patients en charge? Si, au moins deux. D’une part augmenter l'offre de soins à domicile, qui sont bien moins coûteux que les hospitalisations et d’autre part lutter contre la concurrence entre les hôpitaux en favorisant les «effets volume», ce qui permettrait de concentrer un type particulier de pathologie et/ou de soins dans un hôpital donné afin d'économiser les technologies et examens onéreux.